Masculin féminin

Rue de la Fidélité. Régimes autoritaires et la couleur du ciel. Délires hallucinés et il fait chaud. Mode de gouvernement, le vrai peuple, des molécules pharmaceutiques, se glisser dans une ombre. Distance clinique. Hyper-urbanisation et territoires, oppositions binaires. Le capital, les nouveaux terrorismes. Matières premières, main-d’œuvre, ressources financières. Des processus documentés par la photographie, Alex à poil sur le canapé. Elle met du vernis sur ses ongles. Je bois un shot de Mezcal et oh putain. Je dis tu veux quelque chose ? elle dit non. Je mets un disque sur la platine, les beats de la musique techno. Je lis les premiers chapitres de Paris-Plage. Litanie hypnotique, je prends une douche. Je me branle un peu sous la douche. Alex me suce. On baise. Doggy style, ma bite gorgée de sang. Elle se branle, je tire ses cheveux, je mets un doigt dans son cul. Après la baise Alex m’embrasse. Avec la langue et on va sur le lit. On regarde un truc en streaming. On se touche encore un peu. On va sous la douche et on s’habille. L’art de vivre, et j’appelle un taxi. On retrouve Julie à la terrasse de La Perle. Ça fait six mois que je ne l’ai pas vue. Elle dit ça va toi ? Je dis oui. Elle dit tu as maigri. Je me dis que Julie ferait une parfaite petite esclave. Elle pourrait dire je suis ta pute, et avec classe. Alex me regarde et elle sourit. Alex allume une cigarette. Alex dit qu’est-ce qu’on boit ? Julie dit tu écris ? Je dis oui. Tu écris quoi ? Elle dit ne pas croire aux mots. Je dis moi non plus. Elle dit je danse. Elle dit la danse me sauve. Je reprends mon souffle et je redanse. Mon corps qui danse. L’image de moi, elle dit la transe. Elle dit la plupart du temps je suis vénère et elle se marre. Elle dit les mots me font chier. Alex dit on a dansé à L’Isle Adam. Julie dit on a dansé bourrées la nuit dans le jardin, et mon téléphone sonne. Je ne réponds pas. Le serveur arrive avec la bouteille de rosé. Julie vit dans un studio rue de Saintonge. Elle porte des Ray-Ban Aviator à verres bleus. Elle dit je suis naze, j’ai des voisins qui ont fait la fête toute la nuit. Le gros bordel jusqu’à six heures du mat. Elle dit les enculés.