États-limites

Tôt ce matin. Poussière sur l’écran du iMac, pieds nus sur le plancher. La ligne et l’ordre, les rayures de surface, la mutation des genres, l’économie de crise et ma capacité d’indifférence. Relations établies entre les faits, lits d’hôpitaux, soins intensifs. Organes halal vendus par la Chine dans les pays du Golfe, liaisons jusqu’au vertige. Les circonstances, les accidents et Ciccone Youth sur la platine. Pathologies urbaines, je travaille jusqu’à midi. Je me rase la tête, je prends une douche. Je sors acheter de la viande, je fais un carpaccio. Les stores baissés, c’est dans le texte clos. L’expérience individuelle, l’obsession de soi et derrière moi un mur lépreux. Autoportraits la main devant, presque collée à l’objectif. Dépossédé de mon visage, au flash et en noir et blanc. Morsure de la spirale. Ces épreuves qu’il faut vaincre, 2020 comme des chiens. Un masque chirurgical porté en string par un mec à poil sur Oxford Street. L’épidémie du Coronavirus, le séquençage du génome. Le contrôle des frontières, le silence et l’oubli. Des postulats, des prophéties et la raison dans ce présent. Taux de létalité, soirées dansantes sur les parkings. Hiberner dans un ours, s’enfermer dans une pierre (Abraham Poincheval). Marcher sur les nuages, c’est une question de méthode. L’interview d’une escort bruxelloise, je suis pute et féministe. Violence mécanique du monde et payer ses factures. Ils n’ont apparemment pas compris mon message d’amour, dit le mec du haut de sa croix. Exposition médiatique, scellés sur le tombeau. Vocabulaire, peu de temps après. Poubelles de tri sélectif, des pratiques normatives. Développement personnel, psychologie positive, retour dans les backrooms. Le sens du bien, de la loi budgétaire, de la transition écologique et du shot de Mezcal bien avant dix-sept heures. La lutte des classes, le triomphe du libéralisme, médiation de l’argent, durée légale de garantie. Révélations qui ne se réalisent pas, ce que nous avions lu. Et entendu. Détente et arts énergétiques sur les rives de la Seine, la nuit viendra. Baignade et sports nautiques au bassin de la Villette, ceci est une fiction. L’eau noire, le chaos sur la page, ça ne va pas assez vite.