Mort cérébrale

L’avenir et le destin des hommes. L’inventeur du Cheval de Troie, il consulte l’oracle. Lumière de plein été, c’est une voix qui surgit. Photo d’Alex à poil dans le jardin qui prend le soleil sur un transat. Tendre l’arc d’Ulysse, biens légués par son père. Je me suis défoncé cette nuit et au Mezcal. Je me suis branlé avec un cockring trop serré, et trop longtemps, j’ai mal aux couilles. Je me suis accroché à ma bite. J’écoute Plastikman et je suis vénère. Des notes de lecture par terre devant le canapé. Les must-read de la chronique Mode. Le titre du prochain film de Hong Sang-soo, La Femme qui s’est enfuie. Je prends la mesure de ma fréquence cardiaque. C’est un de ces jours où le bleu du ciel me fait chier, j’ai envie de bouffer un rôti saignant. De bœuf. Je regarde la toile blanche en appui sur le mur, je ne me suis toujours pas décidé à la peindre. J’appelle un pote pour boire des coups, il dit qu’il n’est pas à Paris. Je dis t’es où ? et j’en ai rien à foutre. Je pense à une épitaphe : Tous les matins avaient été pareils. Je prends une douche, je travaille deux heures. Je descends faire des courses. Hydrocarbures, gaz d’échappement. Oxydes d’azote, au cœur de l’illusion. Vivre comme vivent les dieux, mais c’est quoi ces conneries ? Une pute rue de Paradis, qui sort de sa Twingo. Elle dit je suis de celles, et on attend la suite. L’artiste qui se jette sous une rame de métro. Coupé en deux, maintenant dégage. Le signe divin c’est dans ton cul, et j’achète un rôti. Deux bouteilles de Bordeaux chez Nysa. La vendeuse me dit quelle est votre sphère de l’action ? Je dis c’est Paris-Plage, et jusqu’à preuve du contraire. Je lui demande si elle veut bien me montrer sa chatte et elle dit non. Je pense aux deux-mille signes que je viens d’écrire, toute forme brève. J’aimerais savoir s’il existe un mec au monde qui s’est tapé les dix-sept-mille pages du journal intime d’Henri-Frédéric Amiel, parce qu’il faudrait songer à lui décerner une médaille. Je ne connais rien de plus déprimant que le journal d’Henri-Frédéric Amiel. Je ne connais rien de plus excitant que baiser avec Alexandra Rose. Je ne connais rien de plus habituel que de voir des musulmans sortir de la mosquée Ali, près de chez Capri bazar. J’achète des piments verts.