Semence et cannibale

Levé à l’aube. Le cul d’Alex et sur les draps. Je travaille jusqu’à midi. Ciel gris, existence amplifiée. Le vrombissement des pales du rotor d’un hélicoptère, des enjeux politiques. Vol stationnaire, et dans l’esprit des foules. Des transes mystiques et des prédicateurs. Des bâtiments abandonnés, se perdre dans les couloirs. Dévotions et superstitions, signes d’impuissance et menaces de mort. Œuvres complètes et faire écran. Allez vas-y, raconte ! Adhésion à la communauté, c’est l’heure des médicaments. Fragile silhouette et immobile, le patient psychiatrique est stabilisé. Qu’est-ce qu’une vie bien remplie ? Zones de néant, ce qu’il fallait franchir. Figures de névrose, une certaine lassitude. Un éditorialiste qui avale un Xanax, une étoile sombre, la maladie. Alex dit j’ai envie de manger un truc mais je ne sais pas quoi. Je lui fais un café, et elle m’embrasse avec la langue. Spécificités de l’expérience humaine, lecture des actualités. Quartiers et territoires. Des chants lyriques, des chefs d’accusation, quelques soldats perdus. Vampires avides de sang. Prophètes des voies nouvelles, exhibition et pauvreté. Impasses brillantes, emportements et sauvagerie. Une mise en croix, il faut aller plus loin. C’est ce que dit un ministre. Des fatigues redoutables, le coronavirus. Nouveaux clusters, taux de reproduction en hausse, évolution inquiétante en Nouvelle-Aquitaine. Qu’est-ce qu’il dit Macron ? demande Alex. Il ne dit rien. Vainqueurs et vaincus, et c’est toujours l’été. Le sable fin et doré, acheminé par barge depuis la carrière de Bernières-sur-Seine en Normandie, est déposé sur les quais à Paris. Alignement des transats, installation des brumisateurs. Comment écrire, Alex sort de la salle de bains. Elle envoie un email, assise sur le canapé. Je bois une bière, et son corps nu. Toutes ces choses qui nous lient, et son regard sur moi. Elle dit je vais passer une semaine à la campagne chez Julie. Je dis tu pars quand ? Elle dit samedi matin. Elle se lève et elle met un t-shirt. Elle dit ce que je veux manger c’est de la viande. Rouge.