Bordel de Dieu

Cantates BWV 21 et 82 de Jean-Sébastien Bach, œuvres sacrées. Thé Gunpowder et œufs brouillés. Tondeuse en charge, le ciel de Combray. Je dois retrouver Alex à midi dans le Marais. J’allume l’ordinateur. L’indice de l’horreur, n’importe quelle chaîne d’infos. Refrains lyriques. Le récit médiatique. La catastrophe et som emprise. Effets de césure, valeurs référentielles. Saisie des apparences. J’imagine une expo de groupe et en septembre. Un truc post-confinement, je note des noms d’artistes. Sur un papier, je cherche un titre. Pas de manifeste Le Monde d’après. Je pense avec mon souffle et c’est Beckett qui le dit. De la chair et des trous. Distance et variations. Recul réflexif, population organisée. La distance nécessaire, et face à l’œuvre. Se donne à la surface. Dépouilles vidées de leur squelette, des lits toujours défaits. Épiphanies et natures mortes, la pauvreté des matériaux. La crise depuis toujours, les flèches d’Hercule et la mort du sujet. Convulse au bord d’une route, agonise au soleil. Voilà. Je me rase la tête. Je prends une douche. Éclats de voix des archéologues, banquettes privées d’assise. Des relations toxiques avec les formes. Les « Projets du silence » de Gina Pane, Alex m’envoie un SMS. Elle dit 13 heures ça te va ? On doit se retrouver rue de Bretagne, devant le Progrès. Le quotidien immédiat, ce qui apparaît ici. Un mec se met à hurler. Des cris aigus, je le connais. Il traîne dans le quartier depuis six mois. C’est le sosie de Guillaume Dustan mais qui aurait vieilli, et sans la perruque. Je descends le cramer au lance-flammes. Lui et sa mère la pute, musique à fond. Des beats furieux et l’ordre plein. Troubles mentaux, les démons qui surgissent. Voile nuageux, des festins cannibales. Des gestes clandestins. Des lieux gardés secrets. D’où partir et pour aller. Dans le dehors, comme une image. Positions assignables, bombe à fragmentation. Câbles électriques emmêlés sur le sol, éléments organiques. La porte de mon voisin qui claque. Je regarde l’heure et j’appelle un Uber. Je mets un masque. Jetable et blanc.