Appuyer sur le vide

Réveil à midi. Douche, café, tout objet de pensée. J’embrasse Alexandra et j’appelle un Uber. Boulevard de Magenta, rue de la Fidélité. Déconfinement Jour 1, le chauffeur en boucle sur France Infos. Les corps pliés, la limite des nuages. Ce qui vient du dehors, et l’événement surexposé. Digicode et je me lave les mains. Désinfecter mon téléphone. J’ouvre les fenêtres et champ visuel. Bruits de la circulation, j’allume l’ordinateur. Je mets un disque. L’écriture du roman, les règles du combat. Un peu de crasse sous les ongles. Deux heures de travail et je bouffe un truc. J’ai envie d’une pizza. Je n’ai plus de bières. Je m’allonge sur le canapé. Alex m’envoie un selfie. Visage couvert, à même le masque. Logo de La Poste en arrière-plan. Le ciel sans avions et l’enfer annoncé. L’anéantissement, la pourriture et l’odeur de l’essence. De la chimie il en traînait partout. Des plaques de plâtre il en traînait partout. Des cloisons modulaires. Des trucs dessus qui se dérobent. Et accrochés. Trouble panique, qu’est-ce que tu vois ? Un rite païen, une performance extrême. Le délire paranoïaque d’un livreur Deliveroo. Le spectre de Clément Rosset dans les chiottes du réel. Une garde à vue, un interrogatoire. Tu es qui ? Tu fais quoi ? Tu  vas où ? Rituels sociaux, l’abjection se renforce. L’identité, vapeurs humides. Figures acrobatiques, GPS activé. La lente résignation, un peu de terreur ici et là. L’audace armée, je plaide coupable. L’acte d’accusation dégueulé sur ta face. L’inspecteur qui se lève et récite du Macbeth. Qui sort sa bite et te pisse dessus. L’activité pourvue de sens, et son double possible. Détachée de toute fin. L’enquête sur la sexualité, oublier la fonction. Pensées barbares, je suis tout à la guerre. Le plan de Dieu et l’œil ouvert. La rage d’un éditorialiste, le prince qui se taillade le torse avec son glaive. Porte en lui l’héritage. Des sédiments d’histoire, une alimentation carnée. La pleine mesure, et plus encore la nuit. Le Festin de Crystal Renn, photographiée par Terry Richardson. Le livre d’images et elle avale un poulpe.