Extrême et récession

Je vais chez Julhès et j’achète du Mezcal. Cartographie urbaine, rue du Faubourg Saint-Denis. Rideaux métalliques et fermés. Amplitude esthétique, offre soumise à condition. Un être étrange qui crache sur les vitrines. Des chiens en bronze, quelques insectes. Des malheureux agenouillés, et démunis de tout. Un mec à la fenêtre et torse nu. Radical et domestiqué. Le ciel est clair, des figures de névroses. Pavés des cours et pas à pas. Retour chez moi. Dernier étage, les clés dans la serrure. Pieds nus sur le plancher. Fatigue oculaire, altération du champ visuel. La chaise devant l’ordinateur. La toile posée par terre, en appui sur le mur. Blanche. La carcasse d’un poulet sur la table, dans la cuisine. Une chaîne d’infos, un déjà-vu. Gestuelle surthéâtralisée, Friedrich Nietzsche est confiné. La fixité dans l’isolement, laisser dans l’ombre ce qui importe. Combien de jours maintenant, ce qui est muet. Passivité martiale. Silence blanc, de virus et glacé. Coudre des masques, jusqu’au vertige. Guide pratique, mode d’emploi. Confection et usage. Exigences minimales, tests à réaliser. Autrement dit tu te démerdes. Peuple diffus, mise en action. Le récit national, congelé dans la crypte. Répulsion essentielle. Morale et abjection. Distance et empathie. C’était tout ce qu’il y avait à dire, ou à peu près. Regard de Méduse, performance de l’aura. Et que devient la guerre ? Va chez les morts. En fosse commune. Ne me raconte pas ta vie. Jamais. Viens sur ma bouche, laisse le futur. Un âge défunt, pas de chant d’amour. Matière vivante. Shot de Mezcal et citron vert. Double distillation et cœurs d’agave. Je suis devant mon shot et il est vide. Volonté de puissance, porter la flèche du Dieu. Des rêves de gloire, sexes nouveaux. La robe d’Alexandra qui glisse le long de son corps. Dans la lumière, vêtue d’azur. Une faille ouverte, des instants dispersés. Une salle d’embarquement, et ce qui par l’image. Émeraudes au fond du gouffre, et la poussière d’étoiles. Se faire masser à l’Eden Roc, au bord de la piscine. Lécher le sable en Indonésie. De l’or caché, jusqu’à la fin.