La mer à boire

Réveil à l’aube. Voile nuageux. Les murs lépreux de la salle de bain. Une odeur de moisi, parcourir un espace. Messages cryptés, léger déplacement d’air. Je veux dire, c’est juste un jour comme un autre. Croissance de l’œuvre et à l’écart du lieu. Où je me trouve. Contemplations métaphoriques, jamais nulle part chez soi. Des machines carcérales et au seuil de la pièce. Le voyage et sa destination. Jusqu’au salon, la grotte ornée. Parer la viande et faire le feu. Chant des sirènes et à distance. Répétition impérieuse. C’est à venir, cet autre temps. Vastes surfaces, toute servitude. Né en cage. Scènes peintes et à gros traits. Formel et immédiat, satisfactions et intérêts. La liste des courses, se baigner dans la sueur. Offre Premium et accès libre. Se trouver dans une situation où il possible d’échanger des informations fascinantes avec quelqu’un, fonder le mythe. Le vol d’Icare et la splendeur des cieux. Le poids de ma chair, ayant quitté la terre. Vérification de la porte opposée, et armement des toboggans. Des Dieux à l’abandon, dans le sillage. Un peu cramés. Devenir squelette, plateau repas. Le visage de l’hôtesse, dans le tombeau. L’art est d’un sérieux terrible ! me dit-elle en souriant, à mon oreille et à voix basse. Effluves de son parfum, épreuves les plus extrêmes. Poumons radiographiés. Attente fiévreuse, un diagnostic. Abandon de pensée, figures anthropomorphes. Une bête sauvage traquée par un chasseur. Une tête de cerf, c’est un trophée. Le mot bleu de Bertrand Lavier, écrit en néon vert. Libre échange, le combat est posé. Développement libre et ininterrompu, relative asphyxie. Artifices de sorciers, je bois une Tsingtao. Je me branle dans du foie de veau. Dalle de béton, souffle coupé. Course effrénée, c’est un dehors. Une vacance vive, le soir venu. Une chaînes d’infos et j’ai la trique, c’est Glory hole sur le plateau. Les lumières que l’on baisse, et sans rien désirer. Tourne ainsi le regard, vers le couchant. Et la méduse, face à la nuit. Paroles rituelles, aspirées par le ciel. La langue ainsi captée. Musique. Demain.