Mat métal, rouge satin

Désordre et présent. Sévère descente et Alexandra Rose. Débardeur et Converse, dans son studio rue de Clignancourt. Elle dit je fais une lessive. Elle fume, assise sur son canapé. Dos droit, les jambes croisées. Vérité de l’instant, je suis debout devant l’écran. Veste de jogging doublée de léopard, short kaki et claquettes Adidas. Je la regarde. Rêverie céleste au verre de vin, plasma et anticorps. Quoi d’autre ? Elle dit les masques tombent. Elle dit nous ne voyons rien. Je dis tu fais du blanc ou de la couleur ? Rites cruels, mythes étranges. Puissances du faux et ultra bling. Couronne Nefertiti, cobra sacré. Faillite de la beauté, junkie la morve au nez. Avez-vous eu une enfance heureuse ? Tais-toi et bouffe tes chips. Acide citrique, saveur bacon. Émeraudes et saphirs, végétal et bouquets. Bleu de Madagascar, du sang chaud sur tes lèvres. Épidémie et taux d’usure. Boucles d’oreille et montre en or. Coco flash et prière, Chanel et purgatoire. Métamorphose et lame de glaive. Salle des trophées, tueur en série. La météo, une interview d’Édouard Philippe, la journaliste Arlette Chabot. Le luxe et la misère. Je me branle au Ritz, je bois du Spritz. Explore le flux je sors du cash. Surface du globe et lentilles d’eau. Road trip sur le tarmac, prodigue et débordant. Le maître du tonnerre et le passeur des âmes. Paris-Plage confiné, la splendeur des haillons. Rick Owens s’approche d’une fenêtre, écarte un rideau. Kimono oversize ouvert, la bite dans une cage de chasteté. Acier inoxydable, de l’enthousiasme pour le futur. La bouche remplie d’épingles, une tarentule sur le béton. Ciré. Croissance et frénésie, la victime sera seule. Ce n’est pas la fin de l’histoire, n’est-ce pas ? dit, d’une voix tremblante, le pharmacien au type en face de lui, de l’autre côté du comptoir. Foulard sur le visage, pose menaçante, une hache à la main. Ses yeux sont vides et hors la loi. Noirs et glacés, charge explosive. Une zone de guerre, frappe et détruit. Thème énoncé, actualités, toute notion de contrôle. Soignants de Lariboisière escortés par des agents de sécurité, jusqu’au métro. Et de guerre lasse. Dessin d’Andrea Mantegna, situations les plus figées. Vaccins testés, champs ouverts au récit. Un jour viendra.