Être né en canicule

La courbe de l’histoire, je m’éveille à nouveau. Grand soleil, pollution à l’ozone. Parfois un homme, l’été en France. Structuration dénuée de centre, exiger de soi-même. Maintenant bientôt, l’apparent qui fut mien. Terribles sont ces lieux, nombre fini d’images. Urban Makeup, la peinture déposée. Plans et couleurs, la palette est restreinte : gris, blanc, orange. Surfaces rugueuses, volumes froissés des bandes d’adhésif utilisées pour recouvrir la toile et qui sont arrachées (ruban laminé en polytissu conçu pour l’industrie du bâtiment, ruban isolant PVC, ruban de réparation multi-usage, etc.). Opérations successives de transformation et d’épuisement, la peinture décollée. Chaque pièce s’intitule Untitled UBMK, le titre peut être assorti d’un commentaire. Voir, par exemple, les lignes accidentées des Newman de chantier, des états transitoires. Matière manipulée, déterminer un procédé. Intention esthétique mais pour mieux l’oublier. Renforcement de la contrainte, exposer des coffrages. Tours d’étaiement, élévation du béton. Peau métallique et peau en bois. Degré zéro de la délivrance de message, comme le son du silence. Construction d’un sujet, suis devient transparent. Je poste, sur l’Instagram @pierredenan, une phrase de l’article daté du 18 juin : « Assis sur l’échafaudage d’un immeuble en construction, Friedrich Nietzsche – T-shirt noir, bermuda  kaki et chaussures de sécurité Caterpillar couleur Miel – lançait des pierres sur les passants. » Impression numérique sur papier, Helvetica Neue Ultra light, 40 x 40 cm. Réduction de moyens, un vide à traverser. Dimension essentielle à toute énonciation, les références abondent. J’écoute une partie de la playlist que j’ai réalisée pour « Culbuteurs, art et moto-culture », en particulier TheJOANgroup, Human Being et Ciccone Youth. Parcours artistique consacré à l’univers de la moto, initié par Filo Loco (Hells Agnels Paris) et Olivier Mosset en 2017. Témoignages de la culture populaire et œuvres d’artistes contemporains dans trois galeries du Marais : Addict Galerie, Gilles Drouault/Galerie de multiples et Le Garage/Fondation Brownstone, commissariat Samantha Barroero pour ce dernier espace. La chose a l’air incontestable, l’auteur sort de la douche. Voyons ce qu’il va nous dire, pense le lecteur accablé de chaleur. Un courant d’air, vacille alors. La configuration du mobilier, et les murs de la chambre. Se resserrent, comme en captivité. Adaptation forcée par manque d’espace. Si j’étais un personnage de Bret Easton Ellis, je dirais que j’ai besoin d’une séance de bronzage, je snifferais une ligne de coke et je plongerais dans la piscine. Que pouvons-nous espérer de mieux, dans de telles circonstances ? Faire du fric et acheter des boots. Surveiller cette douleur au tendon, d’Achille parfois. Voix narrative, suspendre l’acte de compréhension. Reverrai-je la femme à tête fendue ? Le chien autophage agonise-t-il sur le bitume fondant ? Est-il sous le capot d’une voiture et devant une roue, dans l’espoir que le conducteur, en démarrant, fasse exploser sa boîte crânienne, cette part de lui qu’il ne peut ingérer ? A-t-il été jeté dans une décharge ? Est-il toujours harcelé par les rats ? Une fois encore, la liste des présences. Friedrich Nietzsche partira-t-il en vacances ? A-t-il vraiment réservé une cabine balcon All inclusive sur un paquebot Costa Croisières pour visiter l’Europe du Nord et les Fjord de Norvège ? Reclus dans son studio de l’avenue Philippe-Auguste, affalé sur son canapé, les volets clos, l’hélice du ventilateur acheté chez Darty à Nation tournant à pleine vitesse, il trempe des Münchner Weisswurst dans un pot de moutarde bavaroise, se rafraîchit avec des feuilles de salade romaine assaisonnées de vinaigre balsamique et d’huile d’olive, regarde la rediffusion du match de Ligue des champions ottenham/Liverpool au Wanda Metropolitano en buvant de la Cristaline. Dévalorisation de la mémoire, tout est comme au début. Un petit garçon qui lève la tête et tend les mains. Ou pas. Affirmations du poète, comme un long papyrus. Feu brûle que font mes yeux. Vent de Nord-Est, chaos stabilisé. Déchaîné guerre hurlante, conclusion mode d’emploi. J’entends une putain de télévision, ça vient de la maison voisine. Ça peut littéralement me rendre dingue, ce bruit. Expérience immédiate, de quoi pourrais-je me souvenir ? Je tire les stores et la lumière décline. Soixante-treizième article de mon journal, l’ayant écrit.