Bourdonnement des mouches vertes

Là où je veux véritablement aller, là il faut déjà qu’à proprement parler je sois, je cite Ludwig Wittgenstein. Dernier atome, ici commence. Rêvé que j’écrasais une grosse araignée jaune, sur les draps blancs. Après-midi de juin, je suis en proie. Collègue qui suce aux chiottes, à une certaine agitation. Conditions historiques et institutionnelles, le grand commerce. Mélange très excitant de rituel et de brutalité, le banal et l’extrême. Détonateur pyrotechnique, possible déflagration. La terreur exercée, plus la menace s’intensifie. Pas pire enfer, le vent couleur penthrite. Défait les arbres, entendu dire. Des gouttes de pluie, mes stores baissés. Au nombre de nos convictions, un devenir cadavre. Cercueil en verre, vue de l’installation. Ce jour moins que les autres. C’est terminé ? Oui. Le sang usé, l’évidence rassasiée. J’irai jusqu’à vous, vaguement diabolique. Le chant des origines, le défilé en images. Collections cultes, smokings brillants. Des figues violettes et la mémoire de l’œil. Philip Glass, Music from The Hours. Tempête Miguel, fortes rafales et ciel d’averses. C’était hier. Nouvel homme Dior, ce qu’il faut retenir. Mannequin star engagé pour la cause des femmes. Jeune soumise japonaise baisée, je vais dormir. Non. Puissance expressive de l’espace, une certaine impatience. Je vais aller au G20. Non. Poster le visuel d’How far do you travel? sur mon site web. Oui. Prada renonce à la fourrure. John Galliano signe une robe Sans-abri. Sandales chics et collier en diamant, hôtesses montées sur de très hauts talons. Oui. Dans un bar à Tokyo. Non. Ange noir à découvrir d’urgence, s’exprime avec singularité. Famélique et fiévreux, et plus encore. Dépossédé. Il dit les écarts. Il dit la fixité des identités. Il dit l’horizon des attentes. Il dit pas de répit dans le moi, et ça doit faire sourire. Il dit capacité d’agir. Il dit la réponse offensive. Il dit reconfigurer le dispositif. Exaltation de l’aile, se déconstruire périodiquement. Oui. Séries d’indications, surface de projection. Exigences formelles, évoquons ici. Le combat. Les incantations. La vitre arrière de l’appareil photo du téléphone portable. Brisée. L’autorité narrative du je, le seul régime de vérité. Le rythme comme principe structurel, il marche de long en large. Il dit la lente dégradation des corps. Il entre dans un bar à Tokyo. Non. Les serveuses portent des kimonos. Non. Nous constatons que le langage, il fut un temps peut-être. Cérémonials bien établis, peuvent s’affronter des troupes. Prouesses techniques, établissement des protocoles. Maillages labyrinthiques et moyens logistiques. Existence nomade, statuts privilégiés. Plateformes doctrinales, rien de plus déprimant qu’un rond-point. Carrefour giratoire, là et ailleurs. Avec gazon et pronostic vital. Engagé. Unités de durée, s’additionnent sans difficulté. Nous avions trop à vivre, le cri n’a rien changé. Suit un dialogue qui se termine par ces mots : en quoi le poste à pourvoir vous intéresse-t-il ? Perspectives de carrière et autres récompenses. Contenus sponsorisés, panneaux solaires subventionnés. Notion d’usage, la figure du coursier. Monde du besoin et de la nécessité. Constitution de trous et de leur remplissage. Vous reprendrez bien, assortiment d’épaves flottantes. Onze mille tonnes de déchets plastiques en Méditerranée. Plis en relief, se consument dans mes pupilles. Constat d’échec, démographie. Décisions politiques immédiates, d’inquiétants groupuscules. Les aboiements d’un chien, le moteur d’une élagueuse. La peur et l’histoire, les lois qui se dégagent. Au fil de l’exposé. Des personnages quasiment muets, ils sont là qui respirent. Rupture avec les pouvoirs institutionnels, des points de ralliement. Et jusqu’à disparaître, avant d’aller plus loin. La somme des oppressions, mais vous devez partir. Il faut partir. Délivré du futur, c’est pourquoi tout présent. Vestiaire androgyne ponctué de pièces satinées, pailletées. Léger spectre de clarté, mais quand la scène aura-t-elle lieu ? Je tombe éveillé dans un état d’engourdissement, je ne supporte pas le moindre bruit. Clignotements étincelants, ça chie dans les asiles. Des tonnes de merde. Situation décrite, personne n’est en dehors. Ainsi ce poème en témoigne.